D'“Gender“- Theorie ass Gëft fir eis Gesellschaft!

An der Chamber hunn ech dëss Lescht eng Aennerung vum Asylrecht net mat gestëmmt, well se fir t’éicht mol eng Rei vun Dispositiounen hat déi vill ze vill vague an allgemeng formuléiert waren, ower och well eng Referenz op de Begrëfff „Gender“ am Text war. Et goung alt nees ëm eng Emsetzung vun enger europäescher Direktiv, an Bréissel ass jo bekanntlech fest an den Hänn vun den „Gender“-Lobbyisten.

Hei am Land ass dee Begrëff „Gender“ nach ëmmer net vill bekannt, an ënnert denen déi de Begrëff mengen ze kennen an ën och hott an har benotzen ass ën dacks schlecht verstaanen. Dowéinst ass et dowäert sech mat dem Begrëff mol méi genee ze beschäfttegen. „Gender“ ass keen Synonym vu „Geschlecht* („sex“ am Engleschen), mee déi vollkommen onwëssenschaftlech Behaaptung dat d’Geschlecht eng reng sozial an dowéinst och fräi wielbar an verännerbar sozial Konstruktion wär, déi onofhängeg (!) vun eisem biologesche Geschlecht ass. Den Blödsinn ass och nach zënter Joeren offiziell EU-Politik!

Virun allem an Frankräich gëtt et awer nach Leit déi nodenken, an nawell och nach wëssenschaftlech an souguer och nach kritesch. Hei an eisem aarmen, kranke Ländchen ass Kritik jo just nach géint d’ADR erlaabt.  

Ech recommandéieren haut mol dëse Site:

http://www.theoriedugenre.fr/

Ech mengen, dat sou Siten kënnen vill dozou bäidroen, fir de Leit d’An opzemaachen an hinnen mol déi voll Dimensioun vun der „Gender“-Diskussioun virun An ze féieren.

L’observatoire de la théorie du genre a été lancé par l’UNI afin d’offrir aux français les informations et les outils conceptuels nécessaires pour ouvrir les yeux sur la théorie du genre.

Longtemps cantonnée de l’autre côté de l’Atlantique, la théorie du genre a débarqué en France au début des années 2000, et depuis elle s’y développe très rapidement : introduction dans certains manuels scolaires, création de crèches « neutres », obligation, introduite par Vincent Peillon, de former l’ensemble des enseignants à la lutte contre « les stéréotypes de genres », volonté de certains parlementaires de débaptiser « les maternelles » pour remplacer ce terme par un mot « non genré », mise en place de séminaires obligatoires pour sensibiliser tous les ministres à cette théorie …

Il est très difficile pour le non-spécialiste de comprendre les enjeux et les implications de cette théorie, tant elle repose sur des présupposés idéologiques en contradiction avec la réalité que vit l’immense majorité de nos concitoyens.

Le fondement de cette théorie consiste à nier la réalité biologique pour imposer l’idée que le genre « masculin » ou « féminin » dépend de la culture, voire d’un rapport de force et non d’une quelconque réalité biologique ou anatomique.

Dès lors le risque est de résumer « la théorie du genre » à un inventaire de mesures plus ou moins farfelues en perdant de vue l’ambition globale de cette théorie.

En effet, derrière chaque proposition (crèches neutres, lutte contre les stéréotypes de genres, développement de l’éducation sexuelle dès la maternelle, banalisation des changements de sexes, …) se cache une idéologie construite qui vise à remettre en cause les fondements de nos sociétés « hétéro centrées », de substituer au concept marxiste de la lutte des classes, celui de la lutte des sexes. Les sciences sont elles aussi contestées. La biologie, par exemple, est souvent présentée comme une science visant à imposer un « ordre hétérosexuel » qu’il faut donc « challenger » grâce à la théorie du genre.“

Schéin ass och, datt lo bekannten kontemporär Auteuren an Philosophen, wéi zum Beispill den Här Alain Finkielkraut, ufänken sech mat der „Gender“-Theorie kritesch ausernaner ze setzen.  Et ass héich Zäit ginn! D’Implikatioun vun renomméierten Philosophen an dem Anti-„Gender“-Diskurs gëtt denen déi verstaanen hunn ëm wat et geet méi Gewiicht an der Diskussioun.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Finkielkraut

Hei ass eng interessant Reflexioun vun him, déi et sech lount nozelauschteren. 

 

 

Dieser Beitrag wurde unter Allgemein veröffentlicht. Setze ein Lesezeichen auf den Permalink.

Ein Kommentar zu D'“Gender“- Theorie ass Gëft fir eis Gesellschaft!

  1. Serge sagt:

    《 An der Chamber hunn ech dëss Lescht eng Aennerung vum Asylrecht net mat gestëmmt 》: merci a „Bravo!“, Här Kartheiser.

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.